Quand Bitcoin parviendra-t-il à une adoption massive et est-ce même possible?

L’adoption massive est un sujet de discussion fréquent parmi les membres de la communauté Bitcoin. Il n’y a pratiquement aucun désaccord sur le fait que Bitcoin finirait par devenir grand public et que ce serait une bonne chose.

Avoir une base d’utilisateurs plus large ouvre davantage et de meilleures opportunités commerciales, augmente la demande de Bitcoins – et, par extension, leur prix. Cela permet également aux propriétaires d’entreprise d’activer les paiements Bitcoin dans leurs magasins et apporte d’innombrables avantages aux participants du marché..

Cependant, il existe de nombreuses opinions très divergentes sur les questions de savoir comment l’adoption de masse peut être réalisée, quels facteurs entravent les taux d’adoption en ce moment et si Bitcoin peut devenir de l’argent de tous les jours..

À la fin de 2013, lorsque la crypto-monnaie bénéficiait pour la première fois d’une couverture médiatique grand public, associée à une croissance sans précédent des prix, certains s’attendaient à ce que Bitcoin reçoive une reconnaissance mondiale dans les deux prochaines années..

Il est maintenant évident que l’adoption massive prophétisée n’est pas encore arrivée. Mais Bitcoin ne mourra pas non plus de si tôt, malgré ce que certains détracteurs veux-tu croire. La question devient alors de savoir quand la reconnaissance mondiale est-elle réaliste et qu’est-ce qui l’a empêchée jusqu’à présent??

Les facteurs ayant un impact sur le taux d’adoption de Bitcoin peuvent être grossièrement divisés en trois groupes: technologiques, utilitaires et psychologiques. Jetons un coup d’œil aux progrès qui ont été réalisés dans ces trois directions jusqu’à présent et à ce qu’il reste à faire.

Raisons qui empêchent Bitcoin de devenir grand public

Barrières technologiques

Les paramètres technologiques d’une monnaie sont ses facteurs de restriction les plus fondamentaux. Bitcoin pourrait avoir les meilleurs cas d’utilisation et une réputation parfaite (ce qui, spoiler, ce n’est pas le cas), mais si les chiffres ne s’additionnent tout simplement pas pour un public mondial, il ne dépassera jamais l’échelle d’une expérience de niche..

Les deux mesures les plus couramment discutées ici sont l’offre totale de pièces et la capacité de transaction..

L’une des caractéristiques déterminantes de Bitcoin est une limite codée en dur sur l’offre totale de pièces: il n’y aura jamais plus de 21 millions de Bitcoins en circulation. Au cours des premières années, certaines des personnes qui venaient d’apprendre sur la crypto-monnaie avaient l’habitude de penser à tort que 21 millions de pièces ne suffisent pas pour que Bitcoin serve de monnaie viable pour un public mondial.

Ce que ces gens n’ont pas pris en compte, c’est que, comme les dollars ou toute autre monnaie fiduciaire, les Bitcoins sont divisibles. En fait, l’unité indivisible la plus basse du système Bitcoin est 1 satoshi, qui est une cent millionième partie d’un Bitcoin..

Jetons un coup d’œil aux chiffres ici. Le montant approximatif de dollars actuellement en circulation dans le monde, y compris les espèces, les fonds du marché monétaire, les comptes d’épargne et les CD, est d’environ 10,5 tln, ou, exprimé dans l’unité indivisible la plus basse, 1,05 quadrillion de cents US. C’est en fait moins que les ~ 1,6 quadrillion de satoshi qui sont actuellement en circulation.

Il est clair que l’offre réelle d’unités monétaires de Bitcoin est comparable à celle de la plus grande monnaie fiduciaire au monde, ce qui devrait être tout à fait suffisant.

Mais la capacité de transaction est le problème réel.

Nous avons décrit en détail le problème de la capacité insuffisante de Bitcoin dans un article séparé, mais voici la nouvelle. Bitcoin a un goulot d’étranglement, ce qui limite le nombre de transactions pouvant être traitées chaque seconde.

Cette limite est dictée par la taille maximale du bloc – actuellement, elle équivaut à 1 mégaoctet. Chaque bloc est un ensemble de transactions qui ont eu lieu au cours des dix dernières minutes environ. Compte tenu de la limite d’un Mo sur la taille des blocs, cela se traduit par environ trois à sept transactions maximum par seconde.

Cette capacité est minuscule par rapport aux systèmes monétaires existants, tels que les espèces, qui, de toute évidence, ont une capacité effectivement infinie, ou, disons, Visa / Mastercard qui sont capables de traiter des dizaines de milliers de transactions par seconde..

Ce qui aggrave ce problème, c’est le fait qu’il n’y a pas de solution claire en vue. Il existe actuellement deux propositions concurrentes majeures, SegWit et Bitcoin Unlimited, et aucune d’elles n’a un support suffisant pour être mise en œuvre.

C’est un facteur majeur empêchant Bitcoin de se généraliser. À l’heure actuelle, il ne peut pas techniquement desservir un public mondial à des heures de transaction et des frais compétitifs, de sorte que le problème de mise à l’échelle devra être résolu tôt ou tard. Supposons que cela soit corrigé et examinons les autres facteurs ayant un impact sur l’adoption de Bitcoin dans le monde.

Le manque de valeur utilitaire

Le prochain groupe de facteurs est utilitariste. Même si un large public pouvait utiliser Bitcoin au quotidien, cela ne signifie pas qu’il devrait ou doit le faire. Le taux d’adoption réel dépend de l’utilité offerte par Bitcoin, par rapport aux autres formes d’argent..

Évaluer la valeur utilitaire de Bitcoin en tant que monnaie mondiale est un peu délicat, car l’efficacité de la crypto-monnaie n’est pas uniforme et varie en fonction de chaque fonction particulière qu’elle remplit.

Par exemple, Bitcoin fonctionne très bien pour les envois de fonds internationaux. Envoyer de l’argent de l’autre côté de la frontière via des méthodes conventionnelles est une énorme douleur. Tout d’abord, l’expéditeur et le destinataire doivent avoir leur propre compte bancaire. Il peut déjà présenter une tâche presque impossible dans certaines des régions sous-bancarisées, comme l’Afrique du Nord et centrale.

Si les contreparties ont accès aux services bancaires, elles devront encore attendre plusieurs jours et payer un Frais de 30 $ à 50 $ avant que l’argent passe. Comparez cela à Bitcoin, dont la seule exigence pour être envoyé et reçu est d’avoir accès à Internet. De plus, les frais varient de quelques centimes à quelques dollars, en fonction de la congestion du réseau.

En tant que méthode de paiement, en revanche, Bitcoin a ses défauts. Dans la grande majorité des cas, vous ne pouvez pas dépenser directement des Bitcoins pour quelque chose que vous voulez. Il existe cependant quelques grandes entreprises qui acceptent les bitcoins dans leurs boutiques en ligne, telles que Microsoft, Overstock, Dell, Tesla, Steam et autres. Ils sont principalement activés par les processeurs de paiement intermédiaires, tels que CoinBase et BitPay.

Diverses solutions de point de vente marchandes sont proposées par des entreprises telles que Coinify, CoinKite et CoinBase. Ils permettent à n’importe quel magasin de brique et de mortier de commencer à accepter Bitcoin pour leurs articles.

On peut trouver 9000 de ces magasins dans le monde entier, au moment de la rédaction de cet article, peut-être même plus. Mais c’est encore loin, loin de pouvoir simplement entrer dans le magasin le plus proche et payer vos courses avec des Bitcoins.

Encore une fois, ces chiffres ne correspondent même pas, par exemple, à plus de 40 millions de magasins qui acceptent les cartes bancaires dans le monde entier. Cependant, l’acceptation des commerçants est un chiffre qui augmente progressivement.

Auparavant, vous ne pouviez effectuer des transactions de Bitcoins qu’avec des passionnés partageant les mêmes idées résidant sur des forums de niche, donc être maintenant en mesure de payer Microsoft, ou Dell ou un magasin physique occasionnel avec crypto-monnaie est un signe évident de progrès.

Il est probable que Bitcoin deviendra progressivement de plus en plus accepté dans divers endroits du monde, à mesure que le grand public rattrape et génère une demande de paiements en crypto-monnaie PoS..

En attendant, il est important de rendre le processus d’introduction à Bitcoin aussi simple que possible pour les nouveaux utilisateurs. Le processus d’achat de Bitcoins peut être notoirement déroutant, donc la production de guides d’utilisation simples et le développement de passerelles efficaces peut grandement contribuer à accroître l’accessibilité de Bitcoin.

Perception publique

Les facteurs psychologiques sont sans doute les moins critiques aujourd’hui, mais très importants à long terme. Ils concernent principalement la perception du public de Bitcoin et la façon dont la crypto-monnaie est couverte par les médias grand public..

Aujourd’hui, la majorité des non-utilisateurs ont une multitude d’idées fausses bien établies sur Bitcoin, ce qui les rend peu susceptibles de l’essayer. Certaines de ces idées fausses sont le résultat d’une fausse représentation des médias ou d’une mauvaise compréhension des faits par les gens, tandis que d’autres sont basées sur des informations obsolètes..

Le manque de protection des consommateurs, la forte association avec les transactions sur le marché noir et le cyberterrorisme, la forte volatilité des taux de change ne sont que quelques-unes des idées profondément ancrées dans l’esprit de la population en général, l’empêchant de s’intéresser davantage au Bitcoin.

Le Bitcoin est une technologie innovante, voire révolutionnaire, à certains égards. Son image est donc profondément altérée par les notions préconçues de ce à quoi devrait ressembler une bonne monnaie. Même le simple fait que vous ne puissiez pas physiquement contenir ou voir des bitcoins est un facteur d’arrêt pour certains.

Si la crypto-monnaie doit un jour se généraliser, ces idées fausses devront être ciblées et traitées par des campagnes de relations publiques directes. Il faut expliquer, par exemple, que le manque de protection des consommateurs est une caractéristique résultant du manque d’autorité centrale et en tant que tel est un sacrifice nécessaire.

Et, disons, que Bitcoin est autant de «l’argent des criminels» que de l’argent liquide, qui peut être utilisé tout aussi facilement pour des transactions sur le marché noir. Alors que la volatilité, qui était autrefois forte dans les premières années, est maintenant la le plus bas qu’il ait jamais été, et cela a été vrai pendant un certain temps maintenant.

Le verdict final (jusqu’à présent)

Il est clair qu’il reste de nombreux obstacles sur la manière dont Bitcoin s’intègre actuellement et certains seront plus difficiles à surmonter que d’autres. Parmi les problèmes les plus critiques figurent le problème de mise à l’échelle des transactions, la barrière de savoir-faire relativement élevée à l’entrée des utilisateurs et une image publique déformée..

Cependant, le pronostic semble optimiste. Le nombre de transactions quotidiennes et le prix du Bitcoin a augmenté régulièrement pour atteindre des niveaux assez substantiels, malgré tous les revers et crashs en cours de route. Il est clair qu’il y a suffisamment de détermination et d’enthousiasme dans la communauté Bitcoin pour maintenir la dynamique positive actuelle à l’avenir..

Peut-être est-il plus prudent de ne pas compter sur une seule évasion puissante, d’autant plus que de telles rafales ont conduit à des crashs non moins spectaculaires dans le passé. Au contraire, la poursuite de la croissance organique régulière actuelle pourrait être ce dont Bitcoin a besoin. Il est fort probable que cinq ou dix ans, la moitié du monde saura ce qu’est Bitcoin et nous ne remarquerons même pas comment nous y sommes arrivés..

Mike Owergreen Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
follow me
Like this post? Please share to your friends:
map